Vin du Pays de Herve remporte le Prix Financité 2019

Les internautes, qui avaient jusqu’au 31 décembre 2019 pour voter, ont élu Vin du Pays de Herve. La coopérative remporte le Prix Financité 2019 et la somme de 2.500 euros sous forme d’investissement.


Les coopérateur·rice·s de la première heure attendent avec impatience de déguster les premiers produits de cette coopérative qui a fait le pari fou de produire du vin au Pays de Herve. Encore un peu de patience, avec les pieds plantés en 2018, les premières bouteilles sont prévues pour 2021.

C’est en 2017 que l’équipe de Vin du Pays de Herve se met à rêver. Et si on faisait du vin sur le plateau ? L’histoire est largement inspirée de celle d’une autre coopérative wallonne, Vin de Liège, et l’administrateur délégué ne s’en cache pas : « nous avons été agréablement surpris par leur succès. On s’est dit que ce serait trop bête de ne pas le faire ici au Pays de Herve où le potentiel viticole existe. Tout s’est bouclé en 6 à 8 mois. Nous avons trouvé les terres et, avec l’accord de Vin de Liège, nous avons foncé sur les mêmes cépages », raconte Michel Schoonbroodt.

Les premiers pieds de vigne, plantés en mai 2018, devraient être vendangés cette année. La coopérative entrera alors en production. Et pour l’instant, c’est le branle-bas de combat pour tout mettre en place à temps : bâtiment, pressoirs, tout sera fait sur place. « Nous sommes dans la dernière ligne droite. Pour les premières récoltes, il faut absolument avoir les outils de transformation », annonce Michel Schoonbroodt.

La coopérative est d’ailleurs toujours en recherche de nouveau soutien financier (et donc de coopérateur·rice·s) qui s’en ira directement pour financer les vendanges 2020, la récolte et le cheval de trait qui assistera l’opération. Avec déjà 570.000 euros levés par les citoyen·ne·s et 200.000 euros venant du dispositif Brasero (le levier financier wallon pour lancer ou développer les coopératives), Vin du Pays de Herve a atteint 75% de son objectif d’un million d’euros.

« On peut vivre avec ça, mais ce seront les coopérateur·rice·s qui décideront du niveau d’ambition de la structure », précise l’administrateur délégué. Car après les premières vendanges et la mise en bouteille, Vin du Pays de Herve rêve d’un bâtiment flambant neuf, intégré au paysage et qui pourrait, pourquoi pas, développer le tourisme de la région.


A propos du Prix Financité


Le prix Financité vise à promouvoir la finance solidaire. Les 62 projets en liste étaient ceux qui avaient au moins un produit financier certifié par le label Financité & FairFin. Ce label garantit que les produits financiers portés par les coopératives ou ASBL financent des activités génératrices d’utilité sociale et/ou environnementale en se basant sur des critères sociétaux.

Le label offre aussi aux labellisés une promotion de leurs produits via un site internet dédié et différents supports de communication (newsletters, actions…) tournés vers les citoyen·ne·s désireux·euses de placer leur argent conformément à leurs valeurs et non à la simple recherche du profit maximum.

Ces produits financent des activités très variées, allant de l’écologie au journalisme, en passant par l’agriculture, la culture ou encore le microcrédit destiné aux pays en voie de développement.

Fin 2019, plus de près de 250 millions d’euros avaient été placés dans des produits labellisés (chiffre provisoire).

OALi lance des teambuildings en entreprise pour allier plaisir et écologie !


Et quand on parle d’écologie, il est souvent question… d’alimentation ! La question de l’alimentation est une des plus animées dans le champ de l’écologie. Elle interroge notre mode de vie au quotidien, elle bouscule nos traditions, elle soulève des points de vue éthiques et philosophiques très divergents. A travers leur concept « Positive Cooking », Caroline et Quentin, les fondateurs de OALI, souhaitent changer radicalement la façon dont on aborde l’alimentation dite « éco-responsable » en y apportant de la positivité, du plaisir et de la créativité !

C’est désormais jusque dans votre entreprise qu’ils se déplacent pour vous proposer une activité teambuilding qui conjugue des moments de cuisine, des dégustations, des quizz et surtout, de la découverte !

Leur objectif : vous montrer comment vous pouvez opter au quotidien pour une alimentation essentiellement végétale, locale et de saison tout en vous faisant vraiment plaisir !

Leur fil conducteur consiste à aborder l’écologie et l’alimentation sous un angle positif plutôt que restrictif en mettant l’accent sur toutes les opportunités qui s’offrent à vous en termes de découverte, de créativité, de santé et de reconnexion avec la nature.

Pour en savoir plus sur leurs activités en entreprises, visitez leur page oali.be/teambuilding

Qui sommes nous ?

Nous sommes Caroline Tambour & Quentin De Brouwer, nous sommes originaires de Huy et nous organisons des ateliers cuisine depuis bientôt 4 ans pour montrer comment opter pour une alimentation à la fois saine, locale et de saison tout en prenant un maximum de plaisir. Au départ ,OALI était une activité complémentaire que nous exercions occasionnellement en soirée et durant les week-ends. En 2019, nous nous sommes investis à 100% dans cette activité avec pour objectif de réussir à vivre de notre passion tout en continuant à partager notre philosophie et nos valeurs.

En 2020, nous souhaitons nous développer dans les entreprises en proposant des activités de teambuilding qui allient plaisir, découverte et apprentissage. Nous sommes convaincus que c’est par une approche positive, axée sur les solutions et sur le plaisir que nous réussirons à éveiller la conscience écologique du plus grand nombre

CONCOURS | JRE Cooking cup : les résultats

L’équipe gagnante !

Cinquième édition de la JRE Cooking Cup, organisée par les JRE Belgique. L’occasion pour les jeunes élèves d’écoles hôtelières de mettre en pratiques leurs talents et compétences devant les chefs confirmés. L’opportunité aussi pour eux d’apprendre à se préparer pour leur avenir professionnel et de créer un lien entre générations. Un jury composé d’experts en la matière jugeait la prestation tant en cuisine que dans l’assiette.

LIEGE, le 25 février: C’est donc ce lundi 25 février que se tenait la cinquième finale de la JRE Cooking Cup, un concours de cuisine ouvert aux élèves d’écoles hôtelières. Dans le but de pousser les élèves à se démarquer et à donner de leur originalité, l’école leur apprend à maîtriser les techniques spécifiques. Dans un restaurant, il arrive parfois des imprévus qu’il faut prévoir. Au travers de ce concours, les jeunes restaurateurs visent donc à préparer au mieux les futurs chefs à pouvoir réagir dans les meilleures conditions possibles et de la bonne manière et à travailler sous stress.

Vue d’ensemble des lauréats 2019

Ce lundi, six d’entre eux s’affrontaient pour la finale devant un parterre de chefs et d’experts du monde culinaire et gastronomique. Les 6 finalistes étaient les écoles du Campus Wemmel, le Rhizo, Spermalie, Ter Groene Poorte, l’Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la ville de Liège et Sima.

Dès 7h du matin, les finalistes se sont retrouvés en cuisine pour le début de l’épreuve qui les invitait à préparer un menu 3 services au sein duquel ils devaient, par exemple, marier le bœuf, la bière et la pomme de terre belge en plat principal tandis qu’en dessert, le chocolat et la pomme faisaient, eux aussi, partie des produits à combiner. Tout au long de celle-ci, on les a vu donner le meilleur d’eux-mêmes en présentant une cuisine « à leur sauce ».

Au terme du concours, c’est Vincent Kindt et Cédric Borgonjon de l’école hôtelière Spermalie qui remportent finalement ce challenge de manière remarquable. Sur les deuxième et troisième marches du podium, on retrouve respectivement Maxime Van der Meeren et Romain Couet de l’école Campus Wemmel et Jarne van Glabeke et Gaëtan Hoste de l’école Ter Groene Poorte.

Les autres participants, en méritant tout autant, ont reçu des lots offerts par les partenaires des JRE. Avec l’objectif que ces récompenses encouragent les jeunes chefs à continuer à se surpasser en cuisine, pour le plus grand plaisir des gastronomes belges et étrangers de passage en Belgique.

Des arts et des chefs | Arabelle Meirlaen

Le projet de la Ministre de la Culture, Alda Greoli : « Des Arts et des Chefs » propose de découvrir l’univers de plusieurs grands chefs à travers une série de capsules vidéo. L’occasion pour ces « artistes culinaires » de parler non pas d’une recette ou d’un aliment, mais de leur rapport à la Culture et de l’impact qu’elle peut avoir sur leur façon d’appréhender leur métier au quotidien.

La cuisine intuitive d’Arabelle Meirlaen

La cuisine d’Arabelle ne repose pas sur des savoirs enseignés à l’école ou dans des manuels mais sur l’écoute de son corps, des saisons et de la vie, en liaison directe avec la terre. « J’imagine ma cuisine comme la vie: belle, goûteuse, croustillante, pleine d’amour et d’émotions. Quand on met cela en pratique, on est heureux tous les jours. » source : L’Echo – « On a toujours le choix entre ne rien faire et réussir » 09 octobre 2018 reportage de Jérémie Demeyer

Le potager, c’est le secret d’Arabelle Meirlaen. Il inspire toutes ses créations. Il s’étend sur 3.000 mètres carrés. Elle y cultive et récolte plantes, fleurs et aromates. Ce sont ses sources d’imagination. Dans la capsule vidéo, la cheffe étoilée nous parle aussi de son rapport à l’art…

FWB | « Des Arts et des Chefs » Quand la culture s’invite dans l’assiette

La Ministre de la Culture Alda GREOLI a le plaisir de vous présenter ce jour le projet intitulé « Des Arts et des Chefs ». Ce projet vous invite à découvrir l’univers de plusieurs chefs de renom de notre région à travers une série de capsules vidéo. L’occasion pour ces « artistes culinaires » de parler de leur rapport à la Culture dans le cadre de l’exercice de leur métier. Un voyage gourmand et plein de surprises !

Afin de valoriser la gastronomie et le talent des chefs de notre région, la Ministre de la Culture Alda GREOLI a décidé de mettre sur pied le projet « Des Arts et des Chefs » afin de partir à la rencontre de celles et ceux dont la créativité fait le bonheur de nos papilles. Au cours de ce voyage culinaire, 10 capsules vidéo ont été tournées aux quatre coins de la Wallonie et à Bruxelles.

Les chefs qui ont participé à ce projet sont les suivants :

  • Arabelle Meirlaen pour « Arabelle » (situé en province de Liège) ;
  • Martin Volckaert pour « L’Amandier » (situé en province du Brabant wallon) ;
  • Pierre Résimont pour « L’Eau Vive » (situé en province de Namur) ;
  • Lionel Rigolet pour « Comme Chez Soi » (situé à Bruxelles) ; 
  • Jean-Philippe Watteyne pour « iCook » (situé en province de Hainaut) ;
  • Damien Bouchery pour « Le Bouchery » (situé à Bruxelles) ;
  • Brian Joyeux pour « Brian Joyeux » (situé à Bruxelles) ;
  • Ludovic Vanackere pour «L’Atelier de Bossimé » (situé en province de Namur) ; 
  • Lydia Gracé pour « Les gourmands » (situé en province de Hainaut) ;
  • Frans Vandeputte pour « Le Château de Strainchamps » (situé en province de Luxembourg).

Ces capsules vidéo sont destinées à être diffusées sur les chaînes de télévision locale présentes sur le  territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 11 au 21 février. Elles seront également mises en ligne sur le site www.culture.be dès aujourd’hui. Chaque semaine, un focus sera fait sur une vidéo en particulier afin de mettre en évidence le talent d’un de ces chefs.

Alda GREOLI : « S’il est un fait culturel partagé par tous, commun à toutes les sociétés, décliné à l’infini et à la base même de notre vie, c’est la gastronomie ! Chez nous aussi, la bonne cuisine et l’envie de découvrir de nouveaux goûts font partie de notre quotidien et nous avons la chance de compter des chefs de talent connus et reconnus en Fédération Wallonie-Bruxelles. La maîtrise technique est une base, mais la sublimation d’un aliment est, quant à elle, tout un art. A travers ces vidéos, je tenais à leur donner l’occasion de parler non pas d’une recette ou d’un aliment, mais de leur rapport à la Culture et de l’impact qu’elle peut avoir sur leur travail au quotidien. Je vous invite donc à partir à la découverte du fabuleux travail de ces « artistes culinaires ». Qui sait, cela vous donnera peut-être l’envie d’aller plus loin dans ce voyage en réservant prochainement une table dans leur établissement.«