Eat local | Une 2ème saison riche en surprises

Pour la seconde année consécutive, l’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (Apaq-W) et le collectif Oh-Chef! organisent conjointement l’événement EAT LOCAL.

Pour la seconde année consécutive, l’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (Apaq-W) et le collectif Oh-Chef! organisent conjointement l’événement EAT LOCAL. Ce concept permet aux consommateurs d’aller à la rencontre du terroir wallon, en magnifiant le savoir-faire de ses producteurs et de ses chefs. Il débutera le 22 mars prochain à la Ferme du Vieux Tilleul (Rue du Tilleul, 14 – 5380 Bierwart), en présence du Ministre wallon de l’Agriculture. 


En quoi consiste Eat local ? Il s’agit de de vivre une expérience inédite, lors de 8 événements au cours de l’année 2020, grâce à la rencontre avec le chef gastronomique Jeremy Vandernoot qui sublime les produits locaux.

Réservez dès à présent : http://www.eat-local.be

Comment se déroule une rencontre ? L’expérience débute par la visite d’un lieu agricole ou agro-alimentaire, commentée par le producteur ou le propriétaire accueillant ; elle se poursuit  par l’animation de l’ambassadeur Eric Boschman ou Gerald Watelet autour des produits de 5 autres producteurs accueillis sur place ; et se clôture par une dégustation et/ou un déjeuner gastronomique réalisé par le chef Jeremy Vandernoot.   

Quand et où ont lieu les événements Eat local ? Durant 8 dimanches, entre mars et novembre 2020, de 11H30 à 14H00, aux quatre coins de la Wallonie…

DECOUVERTE | Le Pistolet de Kefta d’Agneau by Karen Torosyan Chef du Restaurant Bozar

 » Karen c’est de la volonté, un homme généreux et déterminé qui provoque une émotion culinaire… Son travail d’orfèvre mondialement reconnu autour des ses créations de croûtes en est la preuve, un travail de précision et de passion. Inspiré et formé par des hommes de talents comme Alain Troubat, Pascal Devalkeneer et David Martin, Karen s’est hissé vers le ciel étoilé… et ça ne fait que commencer ! « 
Valérie Lepla CEO de Pistolet-Original
La Recette du Pistolet Original
by Karen Torosyan
Ingrédients pour 4 pistolets 
Recette du Harissa
Pour  1l d’huile, à conserver.

Ingrédients
6 bottes de coriandre effeuillée
2 bottes de persil effeuillé
1 botte de menthe effeuillée
12 piments rouge, coupés en deux, vidés, épépinés, blanchis (départ eau froide, ébullition, débarrasser, refroidir)
6 gousses d’ail rose frais, dégermés
13gr de graines de carvi, écrasées au pilon
1L d’huile d’olive Préparation :
Mettre les ingrédients dans un cul de poule
Verser l’huile dessus
Mixer jusqu’à obtention d’une base qui ressemble à un pesto
(Attention, ca ne doit pas être un coulis, il doit rester des petits morceaux d’herbes)
lange Kefta Ingrédients
500g Haché Agneau (Epaule)
1càc de sel
Deux pincées de piment d’Espelette
Deux pincées de cumin
1 œuf
1 gousse d’ail râpée
25gr Harissa maison Préparation :
Mettre la viande et tous les ingrédients dans la cuve du batteur avec la feuille et mélanger à la plus petite vitesse pendant quelques minutes pour avoir un appareil homogène
 

Sauce Yaourt à la menthe 
500 gr Yaourt nature Bio
2 branches de menthe fraîches émincées
Une pincée de piment d’Espelette
1 gousse d’ail râpée
Une grosse pincée de sel   Garniture du Pistolet
250gr de tomates vidées et coupées en gros dés
250gr de concombres vidés, non épluchés et coupés en gros dés
50gr d’échalote finement émincée
8 petites feuilles de laitue 
Pousses de coriandre sauvage   Présentation Préparez vos Kefta en partageant votre viande en 4 grosses quenelles.
Embrochez sur des petites brochettes en métal
Faites-les griller et colorer à la poêle grille pour ensuite les mettre 10 minutes  au four à 180°.
Pendant ce temps mélangez votre yaourt avec la menthe, le piment d’Espelette, l’ail et le sel. Réservez.
Coupez les tomates en cubes d’½ cm ainsi que le concombre et hachez l’échalote. Mélangez avec un peu d’huile d’olive, sel et poivre.
Sur la base du pistolet mettre 2 grandes càs de yaourt, un peu de laitue, le mélange de tomates et concombres croquants.
Coupez votre kefta bien chaude en 2 biseaux sur la préparation, refermez et dégustez !
 
Qui est Karen Torosyan?
Il est le symbole d’un rêve, celui d’un Arménien arrivé à Bruxelles à l’âge de 18 ans et devenu un chef aussi brillant que singulier. Il fait ses armes dans des brasseries et apprend la gastronomie dans deux établissements étoilés. En 2010, il devient chef du Bozar Restaurant (Bruxelles), où il obtiendra le titre d’Artisan-cuisinier de l’année (Gault et Millau, 2017), le titre de champion du monde de Pâté Croûte (2015) et une étoile au Guide Michelin (2017).

_______________________________________________________
Pourquoi ce pistolet?  » On est parti sur un kefta – avec un agneau de Lozère (l’épaule d’agneau a été désossée et hachée pour obtenir une viande d’une grande saveur). C’est un plat de saison car nous entrons dans les festivités de l’agneau Pascal et c’est une autre façon de manger l’agneau Pascal. Je suis un fan de la première heure de Pistolet Original. J’aime le concept et la manière de Valérie de réinventer le pistolet. Nous avons pas mal de points communs. Au-delà de mon envie de travailler avec Valérie, je souhaitais proposer un kefta car j’aime cette cuisine streetfood. J’adore le poulet curry de Pistolet Original qui est le meilleur de Belgique! Je voulais un Pistolet qui représente Bruxelles et le kefta c’est aussi l’image de la mixité bruxelloise. J’aime ce côté épicé et festif…  » Karen Torosyan 

_______________________________________________________
Pistolet Original, c’est à la fois un lieu agréable, une épicerie, un comptoir où l’on partage un petit repas dans une ambiance conviviale, dans un cadre contemporain et original. On peut également emporter ou livrer toutes les propositions de pistolets, suggestions et produits d’épicerie. Pistolet Original propose une large carte de pistolets fourrés ou accompagnés de produits et recettes typiquement belges, froides et chaudes… américain préparé, hachépickles, crevettes grises, fromage blanc radis et oignons, gouda et salade de chicons, croquette aux crevettes grises, boulettes mayonnaise, boudin de Liège ou encore des suggestions comme le Bloempanch, notre «Cordon bleu », un «Fish »maison, une salade de quinoa belge ou un hamburger 100% de chez nous…

Le prix du Pistolet Original by Karen Torosyan : 9,50 euros 
_______________________________________________________
Pistolet Original – Sablon
Rue Joseph Stevens 24
1000 Bruxelles
Belgique 
+32 2 880 80 98
  Pistolet Original – Galeries
Rue des Bouchers 44
1000 Bruxelles
Belgique 
+32 2 880 44

Vin du Pays de Herve remporte le Prix Financité 2019

Les internautes, qui avaient jusqu’au 31 décembre 2019 pour voter, ont élu Vin du Pays de Herve. La coopérative remporte le Prix Financité 2019 et la somme de 2.500 euros sous forme d’investissement.


Les coopérateur·rice·s de la première heure attendent avec impatience de déguster les premiers produits de cette coopérative qui a fait le pari fou de produire du vin au Pays de Herve. Encore un peu de patience, avec les pieds plantés en 2018, les premières bouteilles sont prévues pour 2021.

C’est en 2017 que l’équipe de Vin du Pays de Herve se met à rêver. Et si on faisait du vin sur le plateau ? L’histoire est largement inspirée de celle d’une autre coopérative wallonne, Vin de Liège, et l’administrateur délégué ne s’en cache pas : « nous avons été agréablement surpris par leur succès. On s’est dit que ce serait trop bête de ne pas le faire ici au Pays de Herve où le potentiel viticole existe. Tout s’est bouclé en 6 à 8 mois. Nous avons trouvé les terres et, avec l’accord de Vin de Liège, nous avons foncé sur les mêmes cépages », raconte Michel Schoonbroodt.

Les premiers pieds de vigne, plantés en mai 2018, devraient être vendangés cette année. La coopérative entrera alors en production. Et pour l’instant, c’est le branle-bas de combat pour tout mettre en place à temps : bâtiment, pressoirs, tout sera fait sur place. « Nous sommes dans la dernière ligne droite. Pour les premières récoltes, il faut absolument avoir les outils de transformation », annonce Michel Schoonbroodt.

La coopérative est d’ailleurs toujours en recherche de nouveau soutien financier (et donc de coopérateur·rice·s) qui s’en ira directement pour financer les vendanges 2020, la récolte et le cheval de trait qui assistera l’opération. Avec déjà 570.000 euros levés par les citoyen·ne·s et 200.000 euros venant du dispositif Brasero (le levier financier wallon pour lancer ou développer les coopératives), Vin du Pays de Herve a atteint 75% de son objectif d’un million d’euros.

« On peut vivre avec ça, mais ce seront les coopérateur·rice·s qui décideront du niveau d’ambition de la structure », précise l’administrateur délégué. Car après les premières vendanges et la mise en bouteille, Vin du Pays de Herve rêve d’un bâtiment flambant neuf, intégré au paysage et qui pourrait, pourquoi pas, développer le tourisme de la région.


A propos du Prix Financité


Le prix Financité vise à promouvoir la finance solidaire. Les 62 projets en liste étaient ceux qui avaient au moins un produit financier certifié par le label Financité & FairFin. Ce label garantit que les produits financiers portés par les coopératives ou ASBL financent des activités génératrices d’utilité sociale et/ou environnementale en se basant sur des critères sociétaux.

Le label offre aussi aux labellisés une promotion de leurs produits via un site internet dédié et différents supports de communication (newsletters, actions…) tournés vers les citoyen·ne·s désireux·euses de placer leur argent conformément à leurs valeurs et non à la simple recherche du profit maximum.

Ces produits financent des activités très variées, allant de l’écologie au journalisme, en passant par l’agriculture, la culture ou encore le microcrédit destiné aux pays en voie de développement.

Fin 2019, plus de près de 250 millions d’euros avaient été placés dans des produits labellisés (chiffre provisoire).

OALi lance des teambuildings en entreprise pour allier plaisir et écologie !


Et quand on parle d’écologie, il est souvent question… d’alimentation ! La question de l’alimentation est une des plus animées dans le champ de l’écologie. Elle interroge notre mode de vie au quotidien, elle bouscule nos traditions, elle soulève des points de vue éthiques et philosophiques très divergents. A travers leur concept « Positive Cooking », Caroline et Quentin, les fondateurs de OALI, souhaitent changer radicalement la façon dont on aborde l’alimentation dite « éco-responsable » en y apportant de la positivité, du plaisir et de la créativité !

C’est désormais jusque dans votre entreprise qu’ils se déplacent pour vous proposer une activité teambuilding qui conjugue des moments de cuisine, des dégustations, des quizz et surtout, de la découverte !

Leur objectif : vous montrer comment vous pouvez opter au quotidien pour une alimentation essentiellement végétale, locale et de saison tout en vous faisant vraiment plaisir !

Leur fil conducteur consiste à aborder l’écologie et l’alimentation sous un angle positif plutôt que restrictif en mettant l’accent sur toutes les opportunités qui s’offrent à vous en termes de découverte, de créativité, de santé et de reconnexion avec la nature.

Pour en savoir plus sur leurs activités en entreprises, visitez leur page oali.be/teambuilding

Qui sommes nous ?

Nous sommes Caroline Tambour & Quentin De Brouwer, nous sommes originaires de Huy et nous organisons des ateliers cuisine depuis bientôt 4 ans pour montrer comment opter pour une alimentation à la fois saine, locale et de saison tout en prenant un maximum de plaisir. Au départ ,OALI était une activité complémentaire que nous exercions occasionnellement en soirée et durant les week-ends. En 2019, nous nous sommes investis à 100% dans cette activité avec pour objectif de réussir à vivre de notre passion tout en continuant à partager notre philosophie et nos valeurs.

En 2020, nous souhaitons nous développer dans les entreprises en proposant des activités de teambuilding qui allient plaisir, découverte et apprentissage. Nous sommes convaincus que c’est par une approche positive, axée sur les solutions et sur le plaisir que nous réussirons à éveiller la conscience écologique du plus grand nombre

CONCOURS | JRE Cooking cup : les résultats

L’équipe gagnante !

Cinquième édition de la JRE Cooking Cup, organisée par les JRE Belgique. L’occasion pour les jeunes élèves d’écoles hôtelières de mettre en pratiques leurs talents et compétences devant les chefs confirmés. L’opportunité aussi pour eux d’apprendre à se préparer pour leur avenir professionnel et de créer un lien entre générations. Un jury composé d’experts en la matière jugeait la prestation tant en cuisine que dans l’assiette.

LIEGE, le 25 février: C’est donc ce lundi 25 février que se tenait la cinquième finale de la JRE Cooking Cup, un concours de cuisine ouvert aux élèves d’écoles hôtelières. Dans le but de pousser les élèves à se démarquer et à donner de leur originalité, l’école leur apprend à maîtriser les techniques spécifiques. Dans un restaurant, il arrive parfois des imprévus qu’il faut prévoir. Au travers de ce concours, les jeunes restaurateurs visent donc à préparer au mieux les futurs chefs à pouvoir réagir dans les meilleures conditions possibles et de la bonne manière et à travailler sous stress.

Vue d’ensemble des lauréats 2019

Ce lundi, six d’entre eux s’affrontaient pour la finale devant un parterre de chefs et d’experts du monde culinaire et gastronomique. Les 6 finalistes étaient les écoles du Campus Wemmel, le Rhizo, Spermalie, Ter Groene Poorte, l’Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la ville de Liège et Sima.

Dès 7h du matin, les finalistes se sont retrouvés en cuisine pour le début de l’épreuve qui les invitait à préparer un menu 3 services au sein duquel ils devaient, par exemple, marier le bœuf, la bière et la pomme de terre belge en plat principal tandis qu’en dessert, le chocolat et la pomme faisaient, eux aussi, partie des produits à combiner. Tout au long de celle-ci, on les a vu donner le meilleur d’eux-mêmes en présentant une cuisine « à leur sauce ».

Au terme du concours, c’est Vincent Kindt et Cédric Borgonjon de l’école hôtelière Spermalie qui remportent finalement ce challenge de manière remarquable. Sur les deuxième et troisième marches du podium, on retrouve respectivement Maxime Van der Meeren et Romain Couet de l’école Campus Wemmel et Jarne van Glabeke et Gaëtan Hoste de l’école Ter Groene Poorte.

Les autres participants, en méritant tout autant, ont reçu des lots offerts par les partenaires des JRE. Avec l’objectif que ces récompenses encouragent les jeunes chefs à continuer à se surpasser en cuisine, pour le plus grand plaisir des gastronomes belges et étrangers de passage en Belgique.

Des arts et des chefs | Arabelle Meirlaen

Le projet de la Ministre de la Culture, Alda Greoli : « Des Arts et des Chefs » propose de découvrir l’univers de plusieurs grands chefs à travers une série de capsules vidéo. L’occasion pour ces « artistes culinaires » de parler non pas d’une recette ou d’un aliment, mais de leur rapport à la Culture et de l’impact qu’elle peut avoir sur leur façon d’appréhender leur métier au quotidien.

La cuisine intuitive d’Arabelle Meirlaen

La cuisine d’Arabelle ne repose pas sur des savoirs enseignés à l’école ou dans des manuels mais sur l’écoute de son corps, des saisons et de la vie, en liaison directe avec la terre. « J’imagine ma cuisine comme la vie: belle, goûteuse, croustillante, pleine d’amour et d’émotions. Quand on met cela en pratique, on est heureux tous les jours. » source : L’Echo – « On a toujours le choix entre ne rien faire et réussir » 09 octobre 2018 reportage de Jérémie Demeyer

Le potager, c’est le secret d’Arabelle Meirlaen. Il inspire toutes ses créations. Il s’étend sur 3.000 mètres carrés. Elle y cultive et récolte plantes, fleurs et aromates. Ce sont ses sources d’imagination. Dans la capsule vidéo, la cheffe étoilée nous parle aussi de son rapport à l’art…

FWB | « Des Arts et des Chefs » Quand la culture s’invite dans l’assiette

La Ministre de la Culture Alda GREOLI a le plaisir de vous présenter ce jour le projet intitulé « Des Arts et des Chefs ». Ce projet vous invite à découvrir l’univers de plusieurs chefs de renom de notre région à travers une série de capsules vidéo. L’occasion pour ces « artistes culinaires » de parler de leur rapport à la Culture dans le cadre de l’exercice de leur métier. Un voyage gourmand et plein de surprises !

Afin de valoriser la gastronomie et le talent des chefs de notre région, la Ministre de la Culture Alda GREOLI a décidé de mettre sur pied le projet « Des Arts et des Chefs » afin de partir à la rencontre de celles et ceux dont la créativité fait le bonheur de nos papilles. Au cours de ce voyage culinaire, 10 capsules vidéo ont été tournées aux quatre coins de la Wallonie et à Bruxelles.

Les chefs qui ont participé à ce projet sont les suivants :

  • Arabelle Meirlaen pour « Arabelle » (situé en province de Liège) ;
  • Martin Volckaert pour « L’Amandier » (situé en province du Brabant wallon) ;
  • Pierre Résimont pour « L’Eau Vive » (situé en province de Namur) ;
  • Lionel Rigolet pour « Comme Chez Soi » (situé à Bruxelles) ; 
  • Jean-Philippe Watteyne pour « iCook » (situé en province de Hainaut) ;
  • Damien Bouchery pour « Le Bouchery » (situé à Bruxelles) ;
  • Brian Joyeux pour « Brian Joyeux » (situé à Bruxelles) ;
  • Ludovic Vanackere pour «L’Atelier de Bossimé » (situé en province de Namur) ; 
  • Lydia Gracé pour « Les gourmands » (situé en province de Hainaut) ;
  • Frans Vandeputte pour « Le Château de Strainchamps » (situé en province de Luxembourg).

Ces capsules vidéo sont destinées à être diffusées sur les chaînes de télévision locale présentes sur le  territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 11 au 21 février. Elles seront également mises en ligne sur le site www.culture.be dès aujourd’hui. Chaque semaine, un focus sera fait sur une vidéo en particulier afin de mettre en évidence le talent d’un de ces chefs.

Alda GREOLI : « S’il est un fait culturel partagé par tous, commun à toutes les sociétés, décliné à l’infini et à la base même de notre vie, c’est la gastronomie ! Chez nous aussi, la bonne cuisine et l’envie de découvrir de nouveaux goûts font partie de notre quotidien et nous avons la chance de compter des chefs de talent connus et reconnus en Fédération Wallonie-Bruxelles. La maîtrise technique est une base, mais la sublimation d’un aliment est, quant à elle, tout un art. A travers ces vidéos, je tenais à leur donner l’occasion de parler non pas d’une recette ou d’un aliment, mais de leur rapport à la Culture et de l’impact qu’elle peut avoir sur leur travail au quotidien. Je vous invite donc à partir à la découverte du fabuleux travail de ces « artistes culinaires ». Qui sait, cela vous donnera peut-être l’envie d’aller plus loin dans ce voyage en réservant prochainement une table dans leur établissement.«